was successfully added to your cart.

L’exposition est, avec la composition et la gestion de la lumière, une notion fondamentale en photographie. Sur cette page nous présenterons le principe général de l’exposition, ainsi qu’une vue d’ensemble des paramètres qui lui sont associés : vitesse, ouverture, sensibilité. Nous nous limiterons ici à l’impact de ces paramètres sur l’exposition ; le réglage de chacun de ces paramètres ayant aussi d’autres effets, d’ordre esthétique.

Déterminer la bonne exposition pour ses photos

L'exposition en photographieAvant de nous pencher sur la manière d’obtenir une photo correctement exposée, voyons déjà ce que signifie « une photo correctement exposé ». En fait, c’est bien simple : une photo correctement exposée est obtenue lorsque la surface sensible l’appareil photo (le film argentique ou le capteur numérique) a reçu une quantité de lumière appropriée par rapport à la luminosité de la scène que l’on a photographiée. Concrètement, la photo se sera donc ni trop claire, ni trop sombre, mais bien équilibrée du point de vue de la quantité de lumière. Cette quantité de lumière dépend des deux paramètres suivants :

la vitesse de l’obturateur. L’obturateur est une sorte de rideau devant le capteur ou le film de l’appareil photo, rideau qui se « lève » plus ou moins longtemps, déterminant ainsi la vitesse d’exposition ou temps de pose. En d’autre termes, la vitesse détermine combien de temps la surface sensible de l’appareil photo (qui enregistre l’image) va être soumise à la lumière.

l’ouverture du diaphragme de l’objectif. Le diaphragme est constitué de plusieurs lamelles en métal qui, ensemble, constituent une ouverture circulaire dans l’objectif. L’ouverture correspond ainsi à la taille du trou par lequel va passer la lumière pour être enregistrée par l’appareil ; une grande ouverture correspond à un grand trou qui laisse passer beaucoup de lumière, et une petite ouverture à un petit trou qui en laisse passer peu. (L’ouverture du diaphragme a également un impact important sur la profondeur de champ.)

Ainsi, pour qu’une photo soit bien exposée, il faut choisir une certaine combinaison vitesse/ouverture qui soit appropriée à la luminosité de la scène que l’on veut photographier. Par exemple, pour une scène avec très peu de lumière on choisira plutôt une grande ouverture et un temps de pose long.

Enfin, il existe un troisième paramètre qui a une influence sur l’exposition :

la sensibilité du film ou du capteur. La sensibilité indique si le film (argentique) ou le capteur (numérique) aura besoin de beaucoup ou peu de lumière pour être correctement exposé. Un film ou un capteur est dit sensible s’il a besoin de peu de lumière pour être correctement exposé. A l’inverse, un film ou un capteur est dit peu sensible s’il a besoin de beaucoup de lumière pour être correctement exposé. Notez que sur les appareils numérique la sensibilité peut être modifiée à loisir, d’une image à l’autre, selon les besoins et la quantité de lumière disponible (ce qui n’est pas le cas avec les films argentiques, qui ont une sensibilité donnée).

Que vaut le réglage automatique de l’exposition sur les APN

A l’heure actuelle, tous les appareils numériques contiennent une cellule intégrée qui permet de mesurer la quantité de lumière perçue par l’appareil (soit la luminance, en terme physique, ou la luminosité, en terme de perception humaine). On peut donc, jusqu’à un certain point, s’en remettre aux automatismes de l’appareil et le laisser régler les paramètres vitesse, ouverture, et sensibilité en sorte d’obtenir une exposition correcte. Toutefois, en faisant cela, on ne contrôle pas les choix fait par l’appareil – choix qui ont, à bien des égards, une grande importance sur le rendu final de la photo. De plus, il existe de nombreux cas particulier (p. ex. le contre-jour, voir ci-dessous), qui peuvent biaiser la mesure automatique de l’appareil et par conséquent mener à une mauvaise exposition.

En général, par défaut, l’appareil calcule l’exposition en sorte que l’ensemble de l’image soit représenté avec une majorité de tons gris moyens (on parle ici de la luminosité moyenne, quelque soit la couleur) et avec une minorité de tons très clairs (blancs) et très foncés (noirs). Si vous gardez cette mesure moyenne, votre photo sera correctement exposée si elle contient une majorité de tons gris moyens, et une minorité de tons très clairs et très foncés. C’est souvent le cas, mais parfois il est préférable de mesurer plus précisément la lumière à un endroit spécifique de la scène à photographier.

Laisser un commentaire